Vous êtes ici

Félines

Publié le 10 février 2020

Félines

"Personne ne sait exactement comment ça a commencé. Ni où ni quand d'ailleurs. Louise pas plus que les autres. Ce qui est sûr, c'est quand les premiers cas sont apparus, personne n'était prêt et ça a été la panique. Des adolescentes qui changeaient d'un coup. Des filles dont la peau se recouvrait de... dont les sens étaient plus... et les capacités... Inimaginable... Cela n'a pas plu à tout le monde. Oh non ! C'est alors qu'elles ont dû se révolter, être des Félines fières et ne rien lâcher !" Après Sirius (prix Sorcières 2018), Stéphane Servant revient avec un roman coup de poing. © Babelio


Stéphane Servant sors les griffes et les poings avec ce roman SF féministe.

Une anomalie physique chez les filles va devenir un problème de santé publique.

A partir de cela, ça sera l'escalade, comme à chaque fois que l'on traite des thèmes de la différence, de la discrimination dans un roman pour adolescents.

La puberté des jeunes filles du roman est poussée à son paroxysme : elle se voient pousser de la fourrure et des dents plus aiguisées.

Ces étarnges transformations suffisent à bâtir autour d'elles des murs et une multiplicité de protections.  Ces pauvres filles ne sont plus les enfants de quiconque pour l'opinion publique, elles seront considérées comme ayant déjà cédé au virus.

Plutôt que de nous expliquer le pourquoi, l'auteur préfére nous montrer l'escalade terrible de la haine. C'est poignant, très percutant, de voir comment l'on peut facilement se désolidariser des gens que l'on connaît.

Pour publics avertis.

Ajouter un commentaire