Vous êtes ici

Jeux de vilains

Publié le 30 juin 2020

Jeux de vilains


"Jeux de vilains" est un album original.

Il est à rapprocher d'autres oeuvres sans doute plus adultes tels que le film "La vie est belle" de Roberto Begnini.

Il y était question de guerre et de préserver la petite enfance de la violence et cruauté des hommes.

Un papa inventait ainsi une fable afin d'expliquer à son fils ce qui s'organisait autour de leur incarcération en camps de prisonniers.

C'était la Seconde Guerre.

L'auteur de cet album imagine un peu le même scénario et la même stratégie ludique pour filtrer une réalité trop dure.

Ainsi, en 1914, Paul, un papa mobilisé dans les tranchés, se met à entretenir une correspondance avec son petit resté au loin, en lui racontant ses journées avec le filtre bien sûr qu'il l'aura choisi pour adoucir la situation.

Pour la version officielle pour enfants, papa partira disputer une grande compétition sportive entre papas où deux camps devront se batailler un territoire pour le jeu.

La narration est forcément amusante, délicieuse d'ingéniosité tandis que les images nous révèlent la triste réalité des faits et le caractère expéditif du dit jeu.

Il y a un contraste surprenant de l'un à l'autre, des extraits de lettres sur fond crème au scène de bataille n'excluant pas ci et là un peu de sang versé.

C'est par ce truchement racontable, malgré tout captivant, nous sommes surtout ému du pouvoir d'humanité et de la tendresse inévitablement en résistance, donnant l'air d'être toujours enjoué, toujours le même.

Nous comprenons bien aussi que par la correspondance, Paul tient en quelque sorte un journal revu et corrigé qui lui permet de sortir quelques minutes de ses tranchées.

Un album bien vu pour parler avec les jeunes publics de la guerre, tout simplement et pas seulement la 1ère.

Nous sommes très loin de personnages y allant comme on le disait " la fleur au fusil".

Ajouter un commentaire