Vous êtes ici

L'art de perdre

Publié le 14 novembre 2019

L'art de perdre

Alors que la France est traversée par une crise identitaire, l'auteure s'interroge sur ses origines algériennes, son grand-père, un harki, et le silence de sa famille. Elle raconte le destin des générations successives entre les deux pays.


Les histoires familiales seraient toutes dignes de faire l'objet d'un roman. Chaque parent, chaque enfant aurait des choses à dire, pourvu qu'il en ait envi.

L'art de perdre nous plonge dans une saga familiale que toute personne émettant un jugement sur la question des migrants devrait lire.

Ali et Yema vivent confortablement en Kabylie lorsque la guerre d'indépendance éclate. Comment ne pas choisir un camp, comment protéger sa famille, comment assumer les choix opérés ou subits?

Choix qui mèneront cette famille en France, de camp de transit en HLM. Comment se construire, se déconstruire, se reconstruire quand on a tout perdu et que les codes ne sont pas déchiffrables.

Fresque sociale où le poids des traditions se heurte à la liberté individuelle sur fond de silence assourdissant, l'art de perdre gagne à être lu.

Ajouter un commentaire