Vous êtes ici

Queen, Harry Styles et Tim Dup

Publié le 26 février 2020
L'art du clip en 3 découvertes : l'ancêtre, le petit dernier et l'original

Le clip est un art. Acte promotionnel d’un morceau c’est vrai, il devient parfois une œuvre d’art à part entière que l’on peut prendre plaisir à découvrir indépendamment, voire en dépit, du morceau qui l’habille. Nos discothécaires ont fouillé le web et leur mémoire pour vous présenter tous les mois 3 clips à découvrir ou redécouvrir.

Pour cette nouvelle chronique, découvrez comment Queen est à l'origine du clip promotionnel, laisser-vous emporter sur l'une des places les plus connues de France par Tim Dup ou comment Harry Styles fait sourire un village de pêcheurs.

 

Le pionnier : Queen, Bohemian Rhapsody

Novembre 1975. Les musiciens du groupe Queen sortent un single dont ils savent qu’ils ne pourront pas le défendre à Top of the Pops puisqu’ils seront en tournée. Mélange de rock et d'opéra, Bohémian Rhapsody offre une structure inédite qui la rend injouable sur scène dans sa forme initiale : L'introduction à Capella est trop complexe pour être reprise, la section Opéra quant à elle a nécessité des techniques d'enregistrement tellement complexes qu'il n'y a aucun moyen de la jouer sur scène. 

Le choix est donc fait de tourner une vidéo à la place pour les passages promotionnels à la télé (ce qui n'est pas encore une habitude). Celle-ci a été réalisée en 4h pour la somme modique de 4 500 livres, et les quelques effets spéciaux qu’elle contient ont été réalisés en direct. Ce qui contraste avec le morceau qui lui est encore à ce jour le plus cher jamais réalisé, et quand on sait que la partie opéra soit 1mn a nécessité à elle seule près de 3 semaines d'enregistrement on est loin du petit morceau rapido enregistré vite fait.

Si le contenu du clip est à priori très classique (on voit le groupe jouer le morceau sur une scène), les séquences vocales du morceau ont marqué les esprits : les visages des 4 musiciens sont disposés en cercle dans la pénombre comme sur la pochette de Queen II, et la réalisation joue sur quelques effets vidéo (kaléidoscope, trainée). Cette séquence sera souvent parodiée ou citée par la suite comme c'est le cas dans le clip de Country house de Blur ou dans un clip des Muppets. Suite au succès de cette vidéo, l’enregistrement de clips pour promouvoir les singles de leurs artistes devint monnaie courante pour la maison de disques.

 En 1992, le film Wayne's World remet sur le devant de la scène un des plus grands succès de Queen et dans son sillage on peut voir une nouvelle vidéo intercalant des scènes du film et des prises de vue live de Queen.

Bohemian Rhapsody est un ovni dont la signification est encore débattue. Entre autres hypothèses certains y voit le coming out de son créateur Freddie Mercury d'autre défendent la thèse de paroles uniquement faites pour servir la mélodie... Vue plus d'un milliard de fois sur YouTube, la chanson inspire encore... Jusqu'à la reine des neiges 2 où Kristoff un montagnard taiseux, ami des rennes entonne une ballade complètement kitsch typique des années 90, Lost in the woods : Kristoff face caméra, chante entouré de 3 têtes de cerf qui font les coeurs. De quoi rappeler un certain groupe de rock...
 

 

 

Le petit nouveau : Tim Dup, Place espoir

Tim Dup c'est une invitation, une invitation au vague à l'âme, à la mélancolie douce-amère à laquelle il est parfois si bon de s'abandonner.

Place espoir c'est un hommage, un hommage porté par quelques notes de piano. Un hommage à une certaine place, une place qui cristallise tous les combats. A moins que ce ne soit aux femmes qu'on rendent hommage. Réalisé par Hugo Pillard qui n'est pas un inconnu puisqu'il a réalisé entre autre Anxiété de Pomme (voir L'art du clip de novembre), le clip propose une ballade délicate et sensible au coeur d'un matin banal dans la vie de 3 femmes (dont Adèle Castillon, chanteuse du duo Vidéoclub). L'analogie entre cette place symbole politique de la lutte des David contre Goliath et le quotidien d'une (des) femme(s)  est travaillé tout au long de ce clip sensible qui nous a donné la chair de poule.

Pour la mise en image, je voulais suggérer l'énigme de la chanson, prendre un contre-pied et faire planer le mystère. Alors j’ai pensé à l’idée de trois femmes, aux vies singulières. Suivre leur trajet journalier vers République. Un chassé-croisé réaliste, à fleur de peau. Hugo a embarqué sa caméra, ses optiques, son regard infiniment tendre, et nous sommes rentrés dans leur intimité matinale. Nous nous sommes levés avec elles, et avons partagé un petit bout de chemin. Adèle, Sophie et Momo. Chez elles, tout est différent. Mais tout les réunit. Une histoire à raconter.

Instagram, Tim Dup

Le jeune compositeur interprète est un habitué du spleen, ambiance qu'on retrouve aussi dans Je te laisse ou Un peu de mélancolie heureuse. Découvert avec Vers les ours polaires, son second album "Qu'en restera-il ?" est sorti le 10 janvier.

L'original : Harry Styles, Adore you

Envie de voir un film ? Pas le temps ? Ça tombe bien Adore You est fait pour vous. Harry Styles ancien membre des One Direction, Dave Meyers, le réalisateur du clip d'Ariana Grande, God is a woman et Rosalia, chanteuse espagnol qui se fait conteuse pour l'occasion  vous propose un véritable film qui tient en 7 mn... suffisamment court pour se regarder pendant votre pause déjeuner.

Non loin des côtes écossaises, une petite île de Pêcheurs, l'île d'Eroda voit arriver d'un mauvais sourcil un jeune homme pas comme les autres. Dans cette île où la superstition interdit de voyager les jours impair, de parler de cochon dans un pub ou de siffler dans le vent, on n'aime pas beaucoup sourire. Le clip conte avec tact l'amitié entre deux êtres différents rejetés par leur milieu : un jeune homme qui sourit et un poisson suicidaire.

Un clip drôle, sensible et touchant qui parle de différence, de solidarité, de prendre soin d'autrui...

Ajouter un commentaire